Le vertige

J’ai traversé les dernières années comme un long tunnel. J’ai retenu ma respiration. J’avais le sentiment que mon temps était compté, que c’était peut-être ma dernière chance de vivre pour dessiner. Après trois années de cours au collégial et deux autres à bosser sur des productions américaines dans un studio d’animation de Montréal, j’ai remis ma démission. Épuisé. J’ai eu envie, au moins pour un temps, de mettre mes énergies sur ce qui m’a amené dans ce domaine, le désir de faire de l’illustration et de la bande dessinée. Je me retrouve devant une page blanche, avec l’espoir que le blanc du papier se peuple de mes envies et de mes aspirations. Je plisse les yeux, ébloui. Et j’ai encore bien du mal à rester immobile et à supporter l’incertitude et le silence. Respirer.

Hors du cadre, c’est le ressac. Mes démons m’attendaient au détour…

Lire la suite

Mes outils d’écriture

Octobre, déjà! Depuis le début de la pandémie, j’ai l’impression que le temps s’accélère. N’empêche que je ronge mon frein en attendant le début du National Novel Writing Month (NaNoWriMo pour les intimes) en novembre. La hâte de plonger dans ce défi d’écriture se dispute à l’inquiétude de ne pas y arriver. J’en suis à l’étape de la préparation du roman à écrire. J’ai mis en place les grandes lignes de l’histoire. De nombreuses questions restent en suspens, mais je sens que l’on s’affaire dans l’arrière-boutique de mon esprit. Je dois faire confiance à ce qui n’est pas pleinement conscient, au corps, aux rêves et au subconscient.

Technophile, j’ai choisi avec soin les outils qui m’accompagneront dans ce mois d’écriture. L’ampleur du défi (50 000 mots en 30 jours) m’a fait renoncer à l’idée d’écrire à la main. J’ai longtemps utilisé Ulysses pour la rédaction, charmé d’abord par son nom puis par son design épuré. Malheureusement, ce logiciel ne fonctionne que sur Mac. J’ai donc cherché une solution de rechange et j’ai découvert Scrivener. Lire la suite