Le bonheur des oiseaux

En ce temps troublé, dans nos vies confinées, reste le plaisir d’observer les oiseaux, de nos fenêtres ou de nos balcons.

Les vents des derniers jours ont été favorables aux oiseaux migrateurs. Très tôt ce matin, une grive des bois de passage, Hylocichla mustelina, chantait dans la ruelle, derrière chez moi. Cette espèce est en déclin, possiblement à cause de la déforestation, au Québec comme dans ses quartiers d’hiver, en Amérique centrale.


Le chant de la grive des bois se compose de phrases musicales de cinq ou six notes et se termine en trille doux. Je l’associe aux premières lueurs de l’aube et aux mystères de la forêt. (Audio © Lang Elliott, Bob McGuire, Kevin Colver, Martyn Stewart, Audubon.org.)

Les jours d’été ne seraient pas les mêmes sans la gaieté et le vol ondoyant du chardonneret jaune, qui porte très mal son nom scientifique, Spinus tristis. Il chante souvent en volant, modulant son phrasé au rythme de ses ondulations. Dans la plupart des régions, les chardonnerets nichent tard en saison, en juillet et en août, au moment où les graines dont ils se nourrissent sont les plus abondantes : asclépiade, aster, tournesol, chardon, etc.


Une faim de panthère

Il y a une douceur infinie dans cet album de Pénélope Jossen, publié par L’école des loisirs. Une faim de panthère aborde avec humour et candeur les peurs nocturnes des tout-petits. Chaque soir, au moment de dormir, Amande appréhende les cauchemars. Mais ce soir-là, c’est une panthère noire qui bondit dans sa chambre. Amande lui tiendra tête et découvrira quel est son secret. À partir de 3 ans.

Couverture : Une faim de panthère
Il s’agit d’une autre trouvaille de ma recherche pour le court-métrage. Décidément, les histoires de panthères et d’enfants sont légion. J’ai particulièrement aimé dans cet ouvrage l’équilibre qui bascule de la peur au courage. Et cette obscurité illustrée par des gris doux et chauds, peints à l’aquarelle.

Une faim de panthère, Pénélope Jossen, L’école des loisirs, 2010

Edward Julius Detmold & Charles Maurice Detmold

Les frères Detmold, Edward Julius et Charles Maurice, furent des illustrateurs prolifiques de l’ère victorienne. Très tôt dans l’enfance, ils se passionnent pour les sciences naturelles et sont fascinés par la représentation des plantes et des animaux dans l’estampe japonaise. Les jumeaux Detmold ont fait leur première exposition à Londres, à l’âge de 13 ans, à la Royal Academy of Arts et au Royal Institute of Painters in Water Colour. En 1903, à l’âge de 20 ans, ils réalisent 16 aquarelles pour illustrer Le livre de la jungle de Rudyard Kipling, publié par les éditions MacMillan. Ce fut pour eux la consécration.Illustration des frères DetmoldJ’admire comment les frères Detmold marient la rigueur scientifique aux influences de l’Art nouveau. Lire la suite